Sortie géologique dans le nord Cotentin, organisée par J.P. Debris. Le 23 juin 2013


Belle journée pour cette sortie de la Société Géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre, guidée par Jean-Pierre Debris .

JPEG - 111.6 ko
Participants à l’excursion de la SGNAMH sur la plage d’Ecalgrain

_






















Cette excursion nous a emmenés au nord ouest du Cotentin dans la baie d’Ecalgrain, puis à Vauville et à Dielette.

LA BAIE D’ECALGRAIN est ouverte dans un synclinal ordovicien.

JPEG - 107 ko

_

JPEG - 156.2 ko
Formation continentale périglaciaire ou Head

Au nord du chemin d’accès on observe des arkoses Cambriennes de 500 Ma. Pour descendre à la plage, nous traversons le "Head", formation périglaciaire faite de blocs hétérométriques résultant de la gélifraction quaternaire.

Composée principalement de granite, de schistes et de rares silex liés par de l’argile et du sable, cette formation est attribuée au Wurm, une glaciation datée de -80000 à -10000 ans.



Vers le sud de la baie, en suivant l’estran constitué de galets de grès de May colorés et très attirants, nous parvenons à l’extrémité de la plage "la côte soufflée" où se trouvent un affleurement de grès et un important écueil de gneiss verdâtre coupé de nombreux filons d’aplite rose ainsi que des veines d’amphibole.

JPEG - 66.6 ko
Galets de formations sédimentaires, cristallines,critallophyliennes
JPEG - 83.8 ko
Roche quartzo-feldspathique rose dans granite gneissifié cadomien

_
















Par comparaison avec un affleurement semblable situé sur la plage du moulin de la rive, à Locquirec dans le Finistère, ce gneiss a été attribué à l’Icartien, mais le président de l’association pense qu’il ne s’agit que d’un granite gneissifié et que l’Icartien est à chercher un peu plus loin dans l’anse du Culrond. Ceci nous donne un prétexte pour retourner vérifier ces affleurements qui auraient 2 milliards 500millions d’années et seraient ainsi les plus vieilles roches de notre région.

Sur le platier sableux des schistes noirs ont donné une faune du Caradocien (450 Ma) mais de nombreuses recherches précédentes n’en on pas trouvé trace.



VAUVILLE

Après une pose pique-nique ensoleillée et quelques kilomètres, nous atteignons Vauville.

A 200m de la sortie du village, sur le flanc inverse d’un pli déversé lié à l’orogenèse hercynienne (300Ma) se trouve une ancienne carrière ouverte dans les grès de May. On observe sur de grandes surfaces des rides d’oscillations, traces d’une très ancienne marée sur une plage vieille de 450 à 500 Ma.

JPEG - 75 ko
Carrière de Vauville. Formation de grès de May (Ordovicien moyen)
JPEG - 113.8 ko
Rides de courants et d’oscillations ou "ripple-marks"

_



















DIELETTE

C’est en milieu d’après-midi que nous rejoignons Dielette, petit port situé sur le massif de granite de Flamanville.
Le batholite de Flamanville s’est formé il y a 315 à 320Ma. Il s’agit d’un pluton de grano diorite qui a traversé des niveaux sédimentaires du Cambrien, de l’Ordovicien et du Dévonien inférieur. La pression et la chaleur du granite ont métamorphosé ces couches sédimentaires en formant des cornéennes variées.

JPEG - 79.1 ko
Dielette. Roches cornéennes
JPEG - 67.7 ko
Diélette. Bloc de magnétite .Origine liée au métamorphisme de contact de grès à hématite

_








_









Au nord du port, en plus d’un lambeau de Head, nous avons observé de nombreuses cornéennes : noires micacées, vert pâle pyroxéniques formées à 800°, de la magnétite contenant de 38% à 62% de fer qui fut exploitée comme minerai de fer.

Sur la plage sud du port les échantillons de cornéenne à grenat étaient nombreux mais les galets trop secs n’ont pas facilité le choix d’autres variétés de cornéennes.

L’heure tardive ne nous a pas permis de nous intéresser au granite de Flamanville, peut-être le sujet d’une autre excursion ?