• Accueil
  • ACTIVITES
  • Articles divers
  • Compte-rendu du stage archéologique CRAHN-SGNAMH organisé par Vincent Decombe, du 30 juin au 5 juillet 2013 dans le département de l’Aisne

Compte-rendu du stage archéologique CRAHN-SGNAMH organisé par Vincent Decombe, du 30 juin au 5 juillet 2013 dans le département de l’Aisne

Dimanche 30 juin :

JPEG - 223.6 ko
La chapelle des Templiers

Nous passons toute la journée à Laon et sommes accueillis sur le parvis de la cathédrale par une guide aussi charmante que compétente. Notre visite commence par un parcours dans la cité médiévale. Nous voyons tour à tour : le palais épiscopal, la chapelle des templiers, l’Hôtel-Dieu avec ses superbes voûtes en ogive, le cloître et sa très belle galerie. Après une promenade le long des remparts nous terminons notre journée par la visite du musée d’art et d’archéologie. Nous y admirons particulièrement la riche collection d’antiquités léguée par Paul Marguerite de Charlonie !

JPEG - 174.7 ko
La façade
JPEG - 248 ko
Le parvis
JPEG - 205.9 ko
La tour lanterne du transept
La cathédrale de Laon

. Lundi 1er juillet :

Au programme principalement la visite d’églises fortifiées ! En effet dans la Thiérache au XVIème et XVIIème siècles, les guerres de religion, le conflit entre la France et l’Espagne ainsi que les troubles de la Fronde ravagent le pays. Pour lutter contre les incursions des troupes espagnoles la population fortifie les églises afin de s’y réfugier avec vivres et bétail. C’est avec grand intérêt que nous visitons tour à tour plusieurs églises fortifiées et accédons même à la salle de refuge destinée à la population alors que le bétail était abrité dans le transept !

JPEG - 195.3 ko
Église fortifiée de Gronard
JPEG - 220.8 ko
Église fortifiée de Burelles

. Mardi 2 juillet :

JPEG - 217.7 ko
Abbaye de Saint-Jean-des-Vignes

En route pour Soissons sous le soleil ! Notre guide nous conduit vers la Collégiale St Jean des Vignes dont (ô surprise !) il ne reste que la façade… le reste ayant été démantelé pour servir de carrière (en particulier pour l’édification de la cathédrale Saint-Gervais et Saint-Protais)… Pour clôturer la matinée une archéologue du Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines nous explique, pièces à l’appui, comment se pratique la restauration et la reconstruction de fragments d’enduits peints retrouvés en fouille. Sa prestation d’un très grand intérêt a passionné l’auditoire.

JPEG - 243.6 ko
Soissons. Abbaye Saint-Léger

Nous avons continué la journée par une visite du musée municipal suivie d’un détour pour admirer la cathédrale Saint-Gervais et Saint Protais.

.

.

Mercredi 3 juillet :

JPEG - 314.4 ko
Dolmen de la pierre levée

Nous partons (sous la pluie) pour Coucy , mais nous arrêtons pour découvrir trois bornes milliaires polies par les ans ainsi qu’un dolmen perdu dans les champs. Repliant les parapluies nous nous dirigeons vers le château de Coucy. Situé sur un éperon rocheux il fut édifié par Engerrand III de Coucy au début du XIIIème siècle mais démantelé par Mazarin. Malheureusement durant la grande guerre le donjon fut entièrement détruit ; il n’en reste que des vestiges mais les tours imposantes sont encore en place. Nous visitons ensuite « la caverne du drago », musée souterrain situé dans une ancienne carrière sur le tristement célèbre « Chemin des Dames »…

JPEG - 262.7 ko
Laon. La mosaïque d’Orphée

Nous retournons enfin à Laon pour découvrir « la mosaïque d’Orphé » qui mesure près de 18 m2. Elle représente Orphée entouré d’animaux charmés par le son de la lyre. Cette très belle mosaïque provient d’une villa gallo-romaine de la région.

.

.

.

JPEG - 247.1 ko
L’entrée du château
JPEG - 313.8 ko
Les tours du château
JPEG - 235.3 ko
Le chantier de rénovation
Le château des Sires de Coucy

.

Jeudi 4 juillet :

Nous passons la journée à Saint-Quentin et visitons tout d’abord la basilique, guidés par une conférencière aussi dynamique qu’érudite ! Elle nous présente les différentes étapes de la construction de la basilique ainsi que le bilan des récentes recherches archéologiques.

JPEG - 181.9 ko
Saint-Quentin. L’Hotel de Ville

Après le déjeuner, visite de l’Hôtel de Ville de style gothique flamboyant. Achevé en 1509, il est orné de 173 sculptures très originales – et surprenantes – que notre guide décrypte tour à tour. A l’intérieur de ce monument nous découvrons avec stupéfaction la très belle salle du conseil municipal réalisée en 1925 dans le plus pur style « Art Déco » !

JPEG - 166.9 ko
Le carillon aux 37 cloches

Nous terminons la visite par une promenade dans la ville remarquable pour ses nombreuses façades « Art Déco »

N’oublions surtout pas de mentionner le carillon de l’Hôtel de Ville aux 37 cloches qui ponctue gaiement quart d’heure, demi-heure et heure : un enchantement !

.

. .

JPEG - 248.9 ko
Les arcades
JPEG - 263 ko
"Le Vilain", personnage populaire déculotté
Saint-Quentin : L’Hôtel de Ville
JPEG - 166.6 ko
Carrefour des quatre vents
JPEG - 182.9 ko
Demeure privée
Saint-Quentin : L’Art Déco

Vendredi 5 juillet :

JPEG - 264.9 ko
La maquette du "Familistère"

Nous voici à Guise. Nous sommes attendus au « Familistère » pour une visite guidée. Un peu d’histoire : Jean-Baptiste Godin (1817-1888), créateur de la manufacture des fameux poêles, mit en place, dès 1859, à côté de l’usine, une cité destinée aux employés : immeubles confortables, magasins, buanderie, piscine, jardin, crèches, écoles, théâtre. Au sein de l’ « Association coopérative du capital et du travail » les travailleurs participaient à la gestion et aux décisions en devenant co-propriétaires des lieux. Hélas le beau rêve prend fin en 1968…

JPEG - 251 ko
La verrière
JPEG - 170.5 ko
L’escalier
JPEG - 302.2 ko
Poêle Godin
Le Familistère : un palais social

Direction le château de Guise et, oh surprise ! quand nous garons nos voitures, un charmant vieux monsieur nous fait la conversation : il est ni plus ni moins qu’un ancien habitant du Familistère où il a travaillé et résidé pendant 20 ans, dans le plus grand bonheur ! Il nous raconte la vie dans cet espace privilégié !

JPEG - 310.3 ko
Forteresse des Ducs

Le château-fort de Guise nous attend. Il est attesté dès le Xème siècle et fut le théâtre de 1000 années d’histoire militaire. Il est construit sur un éperon rocheux et a été quasi ruiné au fil des ans et des guerres. Ne subsistent que le donjon et de nombreuses casemates d’artillerie souterraines. Malgré les ruines l’ensemble reste cependant imposant.

Et, comme chaque année, nous nous quittons, heureux d’avoir pu partager ensemble ces riches journées, dans la bonne humeur et l’amitié. Un grand merci à Vincent pour son organisation parfaite, son sens du partage et sa gentillesse !

JPEG - 138.9 ko
Déjeuner sur l’herbe