• Accueil
  • Archives
  • Conférence de Thierry VINCENT : Première synthèse sur les pêcheries fixes littorales en Seine-Maritime : 1300 ans d’histoire à découvrir au gré des marées.

Dans la même rubrique...

Conférence de Thierry VINCENT : Première synthèse sur les pêcheries fixes littorales en Seine-Maritime : 1300 ans d’histoire à découvrir au gré des marées.

La Société Géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre est heureuse de vous informer de la tenue de sa prochaine conférence :

Mardi 11 février 2014 à 18 h.
Lieu : Locaux de l’AMAC
Adresse : 10 rue Albert-André Huet - 76600 Le Havre
Entrée gratuite




La Seine-Maritime peut s’enorgueillir d’offrir aux touristes, le plus souvent peu habitués à la vie maritime, 130 km d’un littoral sauvage et grandiose. Cette barrière naturelle, austère parfois, de plus de 100 mètres de hauteur ne facilite pas l’accès à la mer.

Seules les valleuses permettent de descendre sur les plages de galets et sur le platier rocheux, riche d’une vie foisonnante d’algues colorées et d’animaux divers. Et quelle impression de liberté devant un univers aux limites de l’horizon !

C’est sur cet estran encombré de rochers gigantesques et creusé de vasques profondes que depuis 10 siècles au moins une strate de population, celle des « paysans-pêcheurs », exploite les ressources alimentaires marines.


JPEG - 250.4 ko
Vestiges de parcs de pêche à Eletot

Les cartes postales montrent, sur les plages de Saint-Jouin ou de Bruneval, des barrages de filets posés en des emplacements choisis pour capture des poissons… Jusqu’au début des années 1920 la plage de Dieppe offrait aux promeneurs la vision de grands parcs de pêche de plus de 100 m de long. Sur la plage du Havre des pêcheries identiques existaient également. Le peintre naturaliste Charles-Alexandre Lesueur les a croquées de nombreuses fois, jusqu’à ce que le souvenir même de ces pratiques disparaisse de la mémoire des historiens.

Thierry Vincent, avec l’appui de l’unité d’histoire de l’Université de Rennes, met pour la première fois en évidence ces pêcheries fixes sur le littoral cauchois, au travers des textes anciens, des photos, des gravures, des dessins et des peintures. Cette synthèse sera l’occasion de faire le point sur 20 ans de recherches de terrain, entre la Petite l’Eure de Graville et Le Tréport.