Conférence de la SGNAMH tenue le 11 février 2015 à Heuqueville

La géologie du Pays de Caux.

Par Guy Lemasle, président de la SGNAMH
Conférence de la Société Géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre (SGNAMH)



JPEG - 70.2 ko
Conférencier Guy LEMASLE Président de la SGNAMH

.

Le Pays de Caux s’inscrit dans le triangle Le Havre – Dieppe – Rouen et couvre une surface de 3000 km2. Il correspond à la partie nord-ouest du Bassin parisien qui se révèle formé d’un socle et d’une couverture sédimentaire (3000 m en son centre ; 450 m au Havre).

JPEG - 91.3 ko
Le bassin de Paris et ses limites
JPEG - 53.9 ko
Coupe géologique du bassin parisien

Envisager la géologie de cette région de Haute-Normandie, c’est aborder son relief de plateau de 100 m d’altitude :

  • ses roches : craie, silex, argile, marne, calcaire, grès et sable

  • la succession des couches : du jurassique supérieur au crétacé supérieur, puis tertiaires et quaternaires

  • l’architecture des terrains : faible pendage vers le nord-est, plis, failles de Fécamp et de la Seine, faille du Bray

  • les fossiles : bois, invertébrés types oursins, ammonites, lamellibranches, et même vertébrés avec dents de poissons, os de reptiles…

JPEG - 52.2 ko
JPEG - 43.5 ko

Parler de la géologie, c’est évoquer également la géographie de ces époques reculées qui remontent à – 150 Ma pour les plus anciennes.

Des transgressions marines, qui envahissaient le continent, étaient issues dans un premier temps de la Téthys, océan chaud de l’Europe méridionale, de la Téthys et de la Mer du Nord dans un second temps et de l’océan Atlantique nouvellement formé dans un troisième temps.

JPEG - 73.3 ko
La chaine hercynienne
JPEG - 63.1 ko
Les grands accidents tectoniques

Quant aux vallées et valleuses qui incisent le plateau, elles se sont formées essentiellement au cours de la dernière période glaciaire. Le recul de la falaise qui est en moyenne de 0,20 m par an date du post-glaciaire (-10000 à nos jours).

JPEG - 108.3 ko
Fond d’Etigue et aiguille de Belval