Dans la même rubrique...

Société Géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre

LE CENOMANIEN DU LITTORAL NORMAND
entre la Valleuse d’Antifer et le Cap de la Hève

Géologie - Paléontologie - Préhistoire - Minéralogie

Chaque membre de la S.G.N.A.M.H. connaît le Cénomanien du Bec de Caux pour avoir arpenté le chaos de ses éboulis au Cap de la Hève, pour avoir admiré ses hautes falaises au Cap d’Antifer, pour s’y être adossé en regardant la mer à Saint-Jouin. Combien d’entre nous n’ont-ils pas été émerveillés par la découverte d’une ammonite ou d’un oursin affleurant sur un bloc de craie ? Du simple amateur au chercheur chevronné, nous nous sommes posé la question d’où ces fossiles pouvaient provenir et quel était leur nom..

JPEG - 58.1 ko
Jérôme GIRARD-Nicolas COTTARD-Bernard HOYEZ

Depuis 1873, avec les travaux de Bucaille, les bulletins de la SGNAMH ont informé régulièrement des recherches menées sur cet étage géologique magnifiquement représenté dans nos falaises. Certes, le stratotype du Cénomanien est défini au Mans. Certes, l’ammonite de zone Acanthoceras rhotomagense porte le nom de Rouen. Mais la plus belle vitrine du Cénomanien n’est-elle pas notre littoral ?.

Des études remarquables ont été publiées sur ces falaises. S’il ne faut en retenir qu’une, c’est l’oeuvre magistrale de Juignet qui vient à l’esprit. Sur ses traces, nous avons parcouru les quelques 22 kilomètres qui séparent le "Bout du Monde" de la Valleuse d’Antifer. Nous avons cherché à suivre les horizons repères et à en comprendre les variations.

C’est une géologie particulière car on ne touche que rarement la falaise en place. Les blocs semés sur la plage par le Petit Poucet ont été remis à leur place dans le puzzle stratigraphique. Et quand affleure un fossile, on l’extrait, on lui refait sa beauté originelle, on recherche son pedigree dans les livres ou auprès des spécialistes.

L’ouvrage que nous publions est le fruit de multiples sorties sur le terrain et d’années d’observations. Il se veut accessible à tous, à la fois dans son écriture et dans son iconographie commentée. Tous les groupes de macrofossiles d’intérêt stratigraphique ont fait l’objet de planches détaillées avec des spécimens calés dans le temps. Si l’essentiel des récoltes provient des auteurs, certaines collections privées ou publiques ont été consultées et nous les remercions pour leur collaboration.

JPEG - 22 ko
Cunningtoniceras
JPEG - 19.8 ko
Brachiopodes

JPEG - 47.7 ko
Cidaroîdes

Enfin, pour que l’ouvrage puisse être consulté par tous, la collection "Carnets geol." qui l’accueille permet le libre téléchargement. Nous vous souhaitons donc une bonne lecture. Vos remarques sont bienvenues. http://paleopolis.rediris.es/cg/BOO…